Lundi 30 Janvier :

Je n'avais pas mis de réveil ce matin de manière à me reposer un maximum. La nuit a été mouvementée à cause de la douleur à chaque changement de position mais longue quand-même puisque j'émerge vers 9h30. J'enfile quelque chose et descends prendre mon petit déjeuner. Parmi les divers choix carnivores de la carte j'opte pour les saucisses locale et commande en plus de mon thé un jus frais de calamansi.

Je dévore tout ça car j'avais fait sauter le dîner hier soir et retourne à ma chambre. Je prends mon temps et me prends une douche fraîche pour calmer la brûlure. Je libère la chambre vers 13h et reste un peu dans le lobby profitant d'internet pour regarder les bus, bateaux et avions depuis Bacolod ou Iloilo sur Panay.

IMG_6675

Je prends ensuite un tricycle dans la rue jusqu'à la cathédrale et descends jusqu'au chapelet de restaurants locaux réunis sous l'appellation de Manokan country. Je me dois de tester la spécialité locale, le poulet inasal, mariné dans le citron et la sauce soja et cuit au barbecue.

IMG_6683

On sert aussi des huîtres, pour un euro l'assiette bien remplie, qu'ils passent à la vapeur.

IMG_6681

Tout est vraiment bon, ces huîtres sont un régal, vraiment charnues et goûteuses. Pareil pour le poulet avec un goût particulier différent des autres marinades. Je me fais un festin pour un peu plus de trois euros. Je repars à pied dans la rue pour rejoindre le port. J'achète un ananas déjà coupé et un peu plus loin dans la rue je demande conseil à deux messieurs - ils me parlent du titre de miss universe qui aurait été gagné par une française, lorsque je leur dis que je suis français - qui me disent qu'ils vont me déposer au port.

Ils font partie des fidèles d'une église et me donnent trois porte-clés de la forme de l'île de Negros avec une parole divine écrit dessus. Je les remercie beaucoup et suis là à temps pour attraper le ferry de 15h30. On embarque à l'heure pour une traversée de 1h10 à peine.

Une fois au port d'Iloilo je prends un taxi jusqu'à la gare routière flambant neuve des bus Ceres Liner, éloignée de la ville. À nouveau j'arrive à temps pour sauter dans un bus pour Roxas qui doit mettre trois heures. Les routes sont un peu merdiques et j'ai même du mal à écrire sur la tablette tellement ça saute.

Une fois à destination je prends un tricycle jusqu'à l'hôtel Halaran Plazza. Seul hôtel que j'ai appelé ayant de la disponibilité : une seule chambre triple, climatisée mais avec douche douche froide, à 1000  pesos. Décidément il est difficile et assez cher de se loger ici, rien en dessous de 13€ la nuit presque partout, 20€ le plus souvent. Ça a considérablement bouffé mon budget déjà bien entamé par le coût du transport.

Je sors en ville pour trouver à manger. Je trouve une petite cantine qui sert un plat de poulet dans un bouillon, un peu épicé, avec du riz. C'est bon mais c'est surtout des morceaux avec beaucoup d'os.

En revenant vers la cathédrale je m'arrête dans une pharmacie et achète de l'advil, un anti-inflammatoire non stéroïdien qui peut être pris lors d'un coup de soleil.

Je retourne à l'hôtel et passe un moment dans le petit salon à utiliser la wifi pour poster deux jours de mon blog. Je me prends ensuite une douche froide avant de me coucher pour calmer la brûlure de mon coup de soleil. Je vais me coucher vers 23h30 et mets le réveil pour 6h30 pour rejoindre le port assez tôt direction l'île de Sibuyan.