Mercredi 1er Février :

Malheureusement c'est la douleur qui me réveille et la lumière qui rentre dans la chambre, vers 7h30. Le peu de temps où j'ai essayé de rester sur le dos certaines de mes cloques se sont ouvertes et j'ai tâché les draps. Il va peut-être falloir que je consulte pour au moins me traiter la zone que je ne peux pas traiter moi-même, entre les omoplates.

Je reste d'abord une bonne heure au frais de la clim et irai essayer de prendre une douche froide espérant que ça calme un peu le feu et demanderai au gens de l'hôtel s'ils connaissent un médecin où un dispensaire. Ils me disent qu'il n'y a pas vraiment besoin, que ça va s'arranger et se proposent de m'appliquer la Biafine aux endroits que je ne peux pas atteindre moi-même.

Je bois un cappuccino instantané et leur demande ensuite s'ils savent où est ce que je peux faire un peu de lessive. Ils me disent qu'ils peuvent m'appeler quelqu'un qui viendra me la faire ici. Je leur donne mon baluchon de linge sale puis vais me doucher. Pas vraiment d'eau courante du coup c'est de l'eau dans des grosses bassines et un brau pour se la verser dessus.

Quand j'ai terminé je sors et la mamie s'occupe de me passer la crème. Je finis dans ma chambre par les zones auxquelles je peux accéder facilement ne lésinant pas sur la couche. Ma brûlure est quand-même importante puisque mon dos ressemble comme si j'avais la chair de poule sauf que ce sont des toutes petites cloques.

IMG_6811

Je passe mon t-shirt à manches longues et sors pour rejoindre le village et essayer de trouver de l'Internet. Malheureusement pour moi les quelques boutiques m'indiquent que soit ils n'en n'ont pas, soit c'est tellement faible que ça ne marche pas. Je prends une bouteille d'eau et une paire de pâtisseries pour avaler mes cachets pour la douleur.

Je retourne à l'hôtel Sea Breeze qui me demande à nouveau ce que je veux faire. Je lui dis que cet après-midi serait bien pour aller balader un forêt le long de la rivière comme ça je serai au moins un peu à couvert. Je lui donne quelques sous pour mettre de l'essence et nous irons, du le temps le permet, après le déjeuner.

Pour ma part je vais me balader sur la plage sur une paire de kilomètres et ramasse quelques coquillages et morceaux de corail. Je croise une jeune fille qui porte un énorme poisson dans une main, par la queue, et quelques-uns plus petits dans un sac dans l'autre main.

IMG_6832

Un peu plus tard, au moment de croiser une rivière un peu plus large, je tombe nez à nez avec un buffle, en train de baigner entièrement dans l'eau, juste sa tête sortant de celle-ci.

IMG_6834

Je rentre dans les terres et trouve quelques maisons, des cochons, des chiens et des poules courant sur le riz en train de sécher sur une bâche. Et surtout je découvre une très jolie zone de rizières d'un vert détonnant. Je me promène un peu au milieu de cet celle-ci en marchant sur un des passages en terre glaise.

IMG_6842

Je retourne ensuite par la mer et entre à nouveau dans les arbres pour retrouver la rue qui mène à l'hôtel. Je file tout droit au Benj's Place, le bar restaurant d'hier soir. Je commande un banana shake et un chicken silog, du poulet frit façon Philippines servi avec du riz frit et un oeuf. Il se met à pleuvoir, une bonne averse, et je reste à discuter un peu avec le patron du restaurant qui me dit qu'avant la fin de l'année il devrait pouvoir ouvrir sa chambre d'hôtes, juste en face.

IMG_6846

J'attends que l'averse de calme un peu et retourne à l'hôtel. La mamie me dit être désolée pour mon linge qui était presque sec et qu'elle n'a pas pu décrocher avant la pluie car elle s'était assoupie. C'est pas bien grave, à la vitesse où le temps change ici, il a sûrement le temps d'être de nouveau sec avant ce soir. D'ailleurs, avant d'aller me mettre un peu au frais dans ma chambre, le soleil repointait déjà son nez.

On attend que le temps se calme un peu puis John et moi partons en tricycle, le sien, jusqu'à la rivière Candingas. Ils ont en gros fait une retenue d'eau sur la rivière et on, à une époque, rajouté des activités comme des tyroliennes et des plongeoirs à différentes hauteurs. Aujourd'hui les tyroliennes sont rouillées et le plongeoir est décrépi. On peut cependant se baigner, même si le courant est assez fort.

IMG_6860

Je m'y mets assez vite car la fraîcheur fait du bien à mon coup de soleil et y reste un bon moment. Il y a quelques gamins qui s'amusent à sauter de la falaise puis d'un des plongeoirs à sept mètres. On repart une grosse demi heure plus tard, sous un ciel qui s'assombrit à nouveau. On s'arrête dans un des barangay - bourgs - pour acheter du poisson frais : un peu plus d'un kilo de poisson volant pour même pas 1,50€.

IMG_6864

On arrive à l'hôtel sous les premières gouttes d'une nouvelle averse bien dense cette fois, venant de la montagne. Tan pis pour mon linge qui va se tremper à nouveau. Un des petits-enfants de la mamie regarde la télé et zappe entre Avatar et une série éducative. John, lui, est en cuisine, en train de préparer le poisson comme hier, cru et mariné dans le citron, avec de l'ail, du piment, des oignons rouges.

IMG_6865

IMG_6870

La pluie continue et on continue de regarder Avatar tranquillement. Quand le film finit il est presque l'heure de dîner. John m'appelle pour les rejoindre lui et sa mère à la table familiale. Ils ont préparé du riz et ont été acheté d'autres plats cuisinés : une recette au porc en sauce rouge un peu sucré avec des patates douces, une recette de couennes de porc en sauce blanche avec de la noix de coco, vraiment savoureux, de la salade de jack fruit, préparé salé avec des petits poissons de friture, et quelques nouilles sautées.

IMG_6871

Je me fais deux belles assiettes et me régale de toutes ces nouvelles saveurs et senteurs. Je demande à la mamie si ça la dérange pas que j'emporte un peu de poisson cru pour mon déjeuner de demain sur le bateau, elle s'en occupera pour le le donner en partant. On discute un peu de ses ancêtres et elle m'explique qu'ils ont toujours vécu sur l'île et que son arrière grand-père avait été le premier maire d'une des communes de l'île.

Je vais ensuite récupérer mon linge pour l'étendre à l'abri sous le balcon. Il n'est pas si humide que ça et je pense qu'il sera sec demain. Je me pose un peu devant la télé avec John puis vais nous chercher une bière chez Benj's Place. Une Red Horse, je n'avais pas encore goûté, bière un peu plus forte, à 6,9%, et pas chère 50 pesos le demi litre.

On la déguste en regardant un reportage sur un magicien / show Man / chercheur de records, David Blain, du je me souviens bien, qui a vécu 44 jours dans une cage de verre à Londres, suspendue dans les airs, sans manger, juste à boire, et qui a battu le record d'apnée à l'O2 pur, plus de 17 minutes.

John va ensuite se coucher suivi de près par sa mère et je reste à discuter et regarder la télé avec le neveu de John, 19 ans, basketteur. On regarde Tomorrowland, film de science fiction avec Hugh Laurie et George Clooney. Je traîne jusqu'à la fin du film puis vais me coucher vers 23h.