Samedi 4 Février :

Je fais une petite dernière phrase de sommeil et suis éveillé pour la dernière heure de navigation. Nous accostons vers 3h30. Le temps que tout le monde descende et que je rejoigne le terminal de bus il est presque déjà 4h et j'ai la chance d'attraper un bus pour Santo Tomas, le seul jusqu'à 8h.

Du coup moins d'une heure après je suis à l'entrée du complexe de résidences industrielles, Light Industry and Science Park 3, où Phil a sa résidence. Comme il n'est que 5h je ne lui envoie pas encore de message et reste, après avoir demandé au garde, dans le bureau de sécurité au portail d'entrée.

Je reste assis sur une chaise et de temps en temps je sommeille. Vers 7h j'envoie mon message. Phil me dit qu'il est réveillé depuis 5h30 et m'envoie un de ses chauffeurs de tricycle électrique.

Je me fais donc expliquer dans la foulée ce qu'est son business avec son frère : ils ont donc une flotte de tricycles électriques, quatre dont un en maintenance, qu'ils ont fait fabriquer en Chine et qui fonctionnent avec des batteries 12V des Philippines, cinq dans chaque véhicule. Ils s'occupent donc de déplacer les habitants de cette zone résidentielle pour une somme modique de 10 pesos avec trois chauffeurs qui couvrent une période de 5h30 du matin à 21h.

Phil était en train de préparer son petit déjeuner avec du riz et du thon asado, préparé en sauce. Il m'en sers donc une assiette et il m'explique un peu plus son business avec son frère. Je sais maintenant que les parents sont divorcés et que le père vit avec une fille des Philippines à Hong Kong.

Je rencontre un peu plus tard Alan, son frère donc, qui se lève toute la semaine à 5h30 pour pouvoir fournir les batteries quand elles se vident et maintenir la flotte tournante aux heures de pointe. C'est pour ça que le week-end c'est Phil qui se lève tôt.

Phil me fait découvrir le café des Philippines, kapeng - le café - Barako. Il a une cafetière turque - que les anglais appellent d'ailleurs cafetière française - un vrai plaisir et un délice pour mes papilles fatiguées du café instantané. De plus il est assez corsé malgré qu'il n'en ai pas mis une grosse quantité.

Un peu plus tard j'accompagne Phil au marché. À l'angle de la rue on prend un beignet tout chaud à la patate douce, de la pure énergie, sucrée juste comme il faut. On a fait aussi un arrêt dans une épicerie ou j'achète une recharge pour le mobile. Phil m'aide avec les promos sur l'Internet et la recharge me permet de débloquer 1 Go de données.

Au marché Phil doit faire le plein de fruits et de légumes et acheter des choses pour son frère. On commence par acheter le café, dans les 5€ le kilo, moulu sous nos yeux. Puis j'achète du jus de coco en bouteille et gros quelques photos. Ensuite Phil m'explique comment me rendre à Talisay, près du Lac Taal.

IMG_6998

IMG_7012

Je le laisse donc et commence à marcher vers la rue où je dois prendre un Jeepney. Je marche un peu mais on est sur les coups de midi et il fait bien chaud. Je loupe l'endroit des Jeepneys pensant en prendre un directement sur la route. Au final un tricycle me ramène vers la gare de départ des Jeepneys.

IMG_7022

Je m'arrête donc un petit moment à Talisay après ma course en Jeepney. Je me pose au bord du lac et achète des beignets d'œufs de caille, mes premiers. Je déguste à l'ombre mes œufs et un Siopao acheté plus tôt à l'épicerie.

IMG_7030

On peut voir l'île volcan Taal sur la droite mais le temps est fumeux. Ici des rabatteurs essaient de vendre des traversées en bateau pour rejoindre le volcan mais c'est prohibitif, presque 40€ si t'es tout seul sur le bateau.

Je remonte ensuite vers la route principale et traverse un petit marché. Je cherche quelque chose qui ressemblerait de près ou de loin à un foulard où une écharpe que je puisse jouer sur la tête afin que je puisse utiliser le buff pour me protéger de la pollution.

Je finis par trouver mon bonheur dans une boutique le long de la route, plutôt un foulard, de couleur bleue et léger et utilise le miroir du magasin pour me le nouer en turban. Je repars ainsi à la recherche des Jeepneys pour Tagaytay, une ville un peu en hauteur, sur une crête surplombant le volcan, avec donc une meilleure vue. Un tricycle m'y amène et je rencontre deux Français et un couple de québécois qui attendent avec une locale sur le Jeepney se remplisse.

On finit par partir en payant une course de 60 pesos, qui les vaut bien cela dit car ça monte sévère et l'engin pétarade fort, obligé de passer la première à certains moments. Ça fume sévère aussi mais on arrive quand-même à destination. Je remonte la pente jusqu'à un premier point de vue un peu plus plongeant soit, mais le temps est toujours couvert et la visibilité faible.

IMG_7047

À un deuxième point de vue un peu plus haut je m'arrête dans un bar et bois mon deuxième vrai café de la journée que je demande glacé. Je m'informe un peu pour apprendre que les Jeepneys n'empruntent pas la route inverse et qu'il en côute 300 pesos pour redescendre en tricycle.

IMG_7057

Je me décide alors de m'essayer au stop, me dirigeant vers Talisay à nouveau. À première vue le stop ici c'est un peu mort, même quand les voitures sont vides. Du coup je refais presque 8 km, dont une partie en descente, jusqu'à la limite de la ville de Talisay. J'ai la chance d'avoir de beaux points de vue pendant cette descente au soleil couchant.

IMG_7065

J'attrape un Jeepney pour quelques centaines de mètres puis trouve un jeune qui me propose de m'emmener à Talisay, à la station de départ des Jeepneys, pour 100 pesos, sur son scooter. Ça me permet de me rafraîchir un peu. Le jeune est précautionneux dans sa conduite et quelques minutes plus tard me voilà à nouveau dans un Jeepney direction Tanauan, à côté de Santo Tomas.

C'est un peu la "rush hour", l'heure de pointe, et ça avance guère vite. J'arrive quand même à destination après avoir sauté dans un nouveau Jeepney qui me dépose à l'entrée de LISP3. Un tricycle électrique ne tarde pas à s'avancer et je suis quelques minutes plus tard chez Phil et Alan.

Il pensaient aller dîner en ville. Après s'être occupés de leur véhicules et batteries et que je me sois douché on part en ville à la recherche d'un de leurs restaurants favoris qui soient ouverts. Malheureusement la plupart sont déjà fermés à 21h15 et nous devons en essayer un nouveau où il y a un karaoké. Nous on s'installe à l'intérieur et on commande deux assiettes de viande de chèvre cuisinés différemment, du riz, et un seau avec deux bières chacun.

IMG_7069

Alan et Phil bloquent sur l'aquarium de 400L avec un gros poisson dedans attendant qu'il gobe enfin un des petits poissons jaunes à sa merci, ils seront récompensés avant la fin de la soirée. On prend notre temps buvant nos bières à notre aise puis on retourne à la maison vers 23h. 

Mon horloge biologique est un peu décalée et je mets peu de temps à sombrer allongé sur le canapé, à même le cuir, pendant que mes hôtes s'activent avec leurs batteries.